jeudi 23 mai 2019

L’ÉTAT DE WASHINGTON LÉGALISE LE "COMPOST HUMAIN", UN ENTERREMENT ALTERNATIF ET ÉCOLOGIQUE

La loi autorisant la "réduction organique naturelle" - officiellement définie comme la "conversion, accélérée et en milieu clos, de restes humains en humus" a été promulguée le 21 mai et devrait entrer en vigueur en mai 2020.
--> « Réduction organique naturelle » : quésaco ?
Selon les détails communiqués par l'entreprise, il s'agit tout simplement d'accélérer le processus naturel de décomposition du corps en le plaçant avec de la paille, des copeaux de bois et de la luzerne dans un conteneur, où sont créées les conditions idéales d'humidité et d'oxygénation pour que les bactéries fassent leur travail.
"Tout est recomposé, y compris les dents et les os" La méthode produit environ un mètre cube d'humus, soit l'équivalent de deux brouettes, que les familles pourraient répandre dans leur jardin, voire utiliser pour faire pousser un arbre à la mémoire du défunt. (Lu ici)

Désormais, vous ne mettrez plus grand-père dans un trou avec une pierre tombale dessus pour qu’il ne revienne pas vous embêter la nuit d’Halloween. Non. Vous allez le transformer en terreau de rempotage et quand vos géraniums irradieront votre jardin de leurs belles fleurs rouges, vous aurez une pensée pour lui : « Le rouge lui va si bien, lui qui a été un indéfectible militant CGT »
Alors l’Eglise proteste (aux USA) : « Manque de respect envers le défunt ! ». Et les entreprises de Pompes funèbres y voient une concurrence déloyale, parce que moins chère que les inhumations classique (1). 
- Et vous cher lecteur qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêt à vous faire pourrir bien proprement et bien totalement ? Que rien ne reste de vous et qu’au Jugement dernier on ne retrouve de vous même pas un tout petit os à envoyer rôtir en enfer ? Et puis, qu’entre temps vous soyez partie prenante dans le cycle naturel des saisons ?
Pourquoi pas ? Mais surtout ce qui compte c’est la signification nouvelle apportée par cette méthode. Alors que l’inhumation classique vous permettait de « reposer », celle-ci  vous propose de travailler de concert avec la nature. Alors que la crémation permettait de répandre symboliquement les cendres du défunt en un lieu que le cher-défunt avait apprécié durant sa vie (une rivière, un circuit automobile, un théâtre, un cinéma, le comptoir d’un bistrot…), le voilà transformé en arbre ou en parterre, et son souvenir qui revient ravir ses descendants à chaque printemps.
Et en plus, la méthode est bonne pour la planète !
---------------------------------------
(1) La startup Recompose™ prévoit de facturer 5.500 dollars pour une "réduction organique", davantage que le prix moyen d'une crémation mais moins qu'un enterrement avec cercueil.

mercredi 22 mai 2019

AU ROYAUME-UNI, VAGUE D'ATTAQUES AU MILK-SHAKE CONTRE L'EXTRÊME DROITE

La campagne pour les européennes au Royaume-Uni a pris un tour laiteux après plusieurs incidents impliquant des milk-shakes déversés sur des politiciens d’extrême droite. Le dernier milk-shake, lundi, a visé Nigel Farage, provoquant un débat sur ce type de protestation et l'émergence de nouveaux slogans comme «lactose contre l'intolérance». (Lu ici)

Bien sûr ce genre de manifestation d’opposition rappelle le célèbre « entarteur belge » dont l’action il y a quelques 10 ou 15 ans visait des célébrités, montrant que leur niveau d’intervention ne méritait rien de plus que ce…
Ce quoi, au fait ? Que veut-on dire quand on balance une tarte à la crème ? Que la victime désignée est un comique, au niveau des mauvais films comiques d’autre fois ? 


Mais aujourd’hui, les Italiens ont élu des membres du parti fondé par Bepe Grillo, un comique de la pire espèce ; et les ukrainiens ont choisi comme chef d’Etat Vlodymyr Zelensky, acteur principal d’une série télé humoristique. Autant dire que l’entarteur peut prendre sa retraite, rattrapé par le réalité : ce qui était injure autre fois est devenu argument électoral aujourd’hui.

Toutefois, on doit également s’intéresser au milk-shake devenu arme par destination (1) : arroser un candidat de milk-shake, qu’est-ce que ça signifie ? Du fait de la composition du cette boisson (2) on devine qu’il ne s’agit que de souiller les vêtements avec ce qu’on a sous la main. C’est finalement moins agressifs que d’utiliser de l’encre ou de la peinture, mais ça dit à peu près la même chose : que le candidat n’a plus qu’à aller se rhabiller. 
---------------------------------------------
(1) « A Edimbourg, juste avant un passage de Nigel Farage, le McDonalds local a cessé de vendre des milk-shakes à la demande de la police. Son grand rival Burger King s’est alors empressé de twitter «chers amis d’Ecosse. Nous vendons des milk-shakes tout le week-end. Amusez-vous bien. LoveBK #Jedisçajedisrien». » 
(2) Mixer ensemble 50 cl de lait entier, 3 gouttes de vanille liquide, 1 l de glace vanille et décorer avec de la Crème chantilly et quelques copeaux de chocolat.

mardi 21 mai 2019

L'AVOCAT DES PARENTS DE VINCENT LAMBERT SALUE UNE "REMONTADA" APRÈS LA DÉCISION ORDONNANT LA REPRISE DES SOINS

La cour d'appel de Paris a demandé la reprise de l'alimentation et de l'hydratation de Vincent Lambert, ordonnant ainsi à l'Etat de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées (CIDPH). Cette décision a été vivement saluée par Jean Paillot, avocat des parents de Vincent Lambert, qui a même évoqué "une remontada" (lu ici)

Nombreux sont ceux qui ont été choqués par ce vocabulaire, issu des reportages sportifs. La mise en sédation profonde de Vincent Lambert n’était pas à leurs yeux une question de gain ou de perte dans un match engagé avec la justice française, mais la recherche de la situation la mieux conforme avec les principes de l’humanité. 
Telle quelle, cette déclaration dans le feu de la surprise n’est choquant que dans la mesure où elle révèle ce qu’on cache bien d’habitude : le caractère de plaisir et de frustration mis en jeu par les combats en principe engagés à des niveaux beaucoup plus fondamentaux. Que nous importe que maitre Paillot (l’avocat de la mère de Vincent Lambert) soit heureux ou pas de la décision prise par la Cour d’appel de Paris ? Ce que nous voulons, c’est que la situation de Vincent soit la mieux appropriée avec la situation humaine qui doit prévaloir pour lui.

- Il y a aussi une autre façon de percevoir cette exclamation : la considérer comme conforme à ce que les présentateurs d’informations qui peinent à passionner leurs auditeurs 24 heures sur 24 trouvent pour stimuler leur intérêt. Comme nous vivons dans une ambiance où tout se résume par des émotions alors ils « exportent » celles des sports vers des situations sans rapport avec elles. Combien de fois avons nous entendu qu’un opposant à tel ministre l’avait sévèrement « taclé » ? 

lundi 20 mai 2019

ITALIE : DES MIGRANTS DÉBARQUÉS À LAMPEDUSA, LE MINISTRE DE L’INTÉRIEUR FURIEUX

La justice italienne a ordonné la saisie du bateau humanitaire Sea Watch 3, ancré au large du port de Lampedusa en Sicile, permettant aux 47 migrants à bord de débarquer.
Matteo Salvini, qui depuis quatre jours refusait que soient débarqués les 65 migrants secourus en mer par le Sea Watch, le 15 mai, à trente milles des côtes libyennes – devenus 47 après l’évacuation de 18 personnes, des familles avec enfants –, doit bien admettre que l’opération aura bien lieu. Et il voit descendre sur le petit quai Favaloro de Lampedusa une femme enceinte, pieds nus, qui a été chargée d’ouvrir la marche, avec son compagnon. (Lu ici)

La fureur du ministre de l’intérieur n’a d’égal que sa cruauté : comment peut-il ne pas se confondre en excuses pour avoir dit que ces gens pourraient rester en mer jusqu’au 15 aout – autant dire que cette femme allait été contrainte à accoucher à bord du bateau ? Mais retranché derrière ses convictions (du moins on l’espère), arcbouté sur les vivats de la foule, il n’y a plus d’être humains – je veux dire : plus d’être réel, fait de chair et d’os. D’ailleurs, comment imaginer que soit possible de prendre tranquillement connaissance des morts par noyades en fuyant la Lybie et de dire : « Après tout ils n’avaient qu’à rester chez eux » ?
Oui, je ne souhaite pas larmoyer, mais je ne veux pas édulcorer non plus la situation : n’y aurait-il pas là une occasion à secouer les dirigeants des pays européens, pour qu’ils se disent : « Organisons un conclave sur la situation en mer méditerranée réunissons-nous, scellons la porte et ne ressortons que quand nous aurons trouvé une solution, sans passion et sans contrainte. »
Voilà : il est tellement plus simple d’effacer la femme enceinte et de mettre à la place une anonyme, ressortissante Somalienne, noyée dans le flots des demandeurs d’asile de la Corne d’Afrique. 
« Noyée dans le flot des migrants » ? En attendant d’être noyée dans les flots de la méditerranée.

dimanche 19 mai 2019

LES SUISSES APPROUVENT UN DURCISSEMENT DE LEUR LÉGISLATION SUR LES ARMES

En Suisse, pays où les fusillades sont très rares, l'attachement pour les armes est ancré dans la tradition d'une armée de miliciens gardant leur fusil chez eux.
Avec la nouvelle loi, le fusil de l'armée ne sera pas classé dans la catégorie des calibres dits "interdits" si son propriétaire le garde à la fin de son service militaire. Il le sera en revanche désormais s'il est transmis à un héritier ou vendu.
Avant le vote, le gouvernement suisse avait averti les électeurs qu'un rejet de cette nouvelle législation pourrait aboutir à une exclusion de la Confédération des accords européens de Schengen et de Dublin auxquels elle est associée tout en n'étant pas membre de l'UE. 
Une telle exclusion aurait eu des conséquences dans les domaines de la sécurité et de l'asile, mais aussi en matière de tourisme, et coûterait "plusieurs milliards de francs suisses par an", avaient averti les autorités fédérales. (Lire ici)

Voilà une information bien utile pour relativiser certaines de nos croyances.
- D’abord profitons de l’exemple de la Suisse pour réfuter l’idée que les Américains perpétuent des tueries simplement parce qu’ils détiennent des armes. Les suisses quant à eux sont bien armés jusqu’aux dents, ils adorent ça, mais pour autant on n’entend pas qu’ils s’en servent pour se massacrer les uns les autres. Autant croire que les américains aiment jouer au cowboy et que les westerns sont les premiers responsables de ces tueries.
- Ensuite, on s’aperçoit que le souci de ne plus constituer une menace pour la sécurité est loin d’être le motif principal de ce vote, parce qu’également, dans le cas contraire, le pays aurait été exclu de la zone Schengen avec les conséquences financières que cela aurait causées.
Et s’il y a un lien social fort en Suisse, ce n’est pas exclusivement le sentiment d’appartenir à la nation helvète, c’est aussi l’adoration du franc suisse.

AUTRICHE: KURZ MET FIN À LA COALITION DE DROITE ET ANNONCE DES LÉGISLATIVES ANTICIPÉES

«J'ai proposé au président de la République que de nouvelles élections soient organisées, et cela le plus tôt possible», a déclaré le chancelier Kurz lors d'une allocution devant la presse, quelques heures après la démission du numéro deux du gouvernement et chef du FPÖ Heinz-Christian Strache, mis en cause dans une vidéo l'accusant de tentative de collusion en lien avec la Russie. Cette annonce a été saluée dans la liesse par quelques milliers de manifestants rassemblés devant la chancellerie pour dénoncer une «honte pour le pays» et réclamer un nouveau scrutin. (Lire ici)

On avait découvert le FPÖ sous la présidence de Jörg Haider, président homosexuel d’un parti homophobe. Le revoici avec un blason de nationalisme prêt à vendre les intérêts du pays aux russes en échange d’un soutien financier : occasion de vérifier qu’à droite, la loi est faite par les chefs mais non pas pour les chefs – ce qui est l’expression de la souveraineté non-démocratique puisqu’en démocratie personne n’est au-dessus de la loi.
Quoique... Sommes-nous, nous autres démocrates, tellement purs ? Le pouvoir, quel qu’en soit l’origine,  n’est-il pas un agent corrupteur ? On dira qu’il suffit de constater que les dirigeants sont obligés de démissionner sous les huées quand ces malversations sont découvertes pour être sûr d’être bien dans une démocratie. 
- Oui, mais : voyons de plus prêt le cas Balkany. Voilà un élu local qui, de notoriété publique, détourne de l’argent et qui se comporte comme un filou ; et les citoyens de sa ville déclarent à qui veut l’entendre que s’il n’est pas frappé d’inéligibilité ils sont malgré cela prêts à le réélire maire de Levallois l’an prochain. Un bref examen du passé nous rappellerait s’il était nécessaire que ce fut le cas de Jacques Médecin à Nice, preuve que nous n’avons pas affaire à un cas particulier. 
Tout se passe comme si la moralité importait peu au regard de l’intérêt des populations. Autant Balkany avec son gros cigare paraît puissant et bienveillant à l’égard des ses administrés, autant le chef du FPÖ, complotant en secret avec la pseudo-nièce d’un oligarque russe paraît menaçant à l’égard des innocents électeurs qui croient élire un authentique nationaliste. Qu'il soit destitué et honni jusqu'à la 6ème génération !
Que pèse la morale personnelle dans tout cela ?

samedi 18 mai 2019

LES INÉGALITÉS SE RÉDUISENT-ELLES PLUS VITE EN CHINE QUE DANS L'UNION EUROPÉENNE, COMME L'AFFIRME MANON AUBRY ?

"La comparaison avec la Chine [effectuée par Manon Aubry] n'est pas pertinente", juge toutefois Mary-Françoise Renard, responsable de l'Institut de recherche sur l'économie de la Chine (Idrec). Car, explique-t-elle, "la Chine était à la fin des années 1970 l'un des pays les plus pauvres du monde" et "le niveau de vie y a ensuite augmenté", au gré d'un développement économique à marche forcée, "en engendrant de très fortes inégalités".

(Toutefois) en Chine, d'importants investissements ont en effet été décidés par un pouvoir central très dirigiste dans la santé et l'éducation en faveur des classes populaires et moyennes. 
Les démocraties européennes pourraient mettre en place de telles mesures sans se renier aucunement, juge l'expert. L'Europe résiste certes mieux que de nombreux pays à la montée des inégalités sur le temps long, mais ne doit pas négliger le fait que l'on pourrait mieux faire si on le voulait." (Lu ici)

Donc on ne pourrait sans risque d’erreur faire une telle comparaison, sauf à vouloir pointer des opérations de justice sociales particulières, comme celles concernant la santé et l’éducation ? Mais ce n’est évidemment pas à cela que pensait la tête de liste des Insoumis. L’idée est de cibler un modèle d’inégalités sociales et de nous comparer à ce repoussoir : si on fait pire que la Chine alors on est sûr d’avoir le gouvernement le plus détestable. Mais pourquoi avoir besoin de nous comparer ? Tantôt à l’Allemagne, tantôt à la Chine, tantôt à… ? Je ne sais pas trop quels autres pôles choisir, mais il est sûr qu’on ne se contente jamais de notre propre ressenti. Ne sommes-nous pas en réalité à la recherche de preuves établissant à quel point on devrait se sentir malheureux ? Et pourquoi tant qu’à nous comparer ne pas rechercher des comparaisons qui montrent combien nous sommes enviés ailleurs ? Par exemple, lorsque nous pleurons après le désert médical français ne pas aller voir ce qui se passe au Venezuela ? Voilà un pays développé, qui il y a quelques années encore avait dans ses grandes villes de très beaux hôpitaux ; et les voilà aujourd’hui réduits au pire – pire encore que les hôpitaux des villes sub-sahariennes, car ceux-ci ont sans doute une alimentation en eau courante, ce qui n’est même plus le cas au Venezuela. 
Le parti mélanchonien a eu la marotte de nier en bloc les descriptions catastrophistes concernant le Venezuela : est-ce la raison pour la quelle Manon Aubry ne l’a pas choisi pour effectuer sa comparaison ?